Rechercher

Dé-golfage en 48 heures ⛵️

Hello les STOP addicts !

Et bien cette fois, je peux vous dire que nous avons quitté le port d’Arcachon 🥁 ce dimanche 14/11 à 12h45 .

Après moult réflexions, inquiétudes à l’idée de sortir des passes du Bassin, nous l’avons fait !

⚡️

Depuis plusieurs jours, Eymeric appelait le sémaphore pour savoir si les vagues déferlaient dans les passes et si la houle n’était pas trop élevée 😅

La particularité pour sortir du bassin d’Arcachon c’est qu’il n’y pas de fond, des bancs de sables, des vagues de travers, la houle qui vient du large et qui fait « machine à laver » avec les bateaux 😆

Eymeric annonce qu’avec 1m10 de houle ça passe… hors dimanche dernier, c’était 2m annoncé, même les pêcheurs avec leur gros bateaux ne rentraient pas.

Nous étions pourtant prêt, presque à trépigner d’impatience, carrément même 🙈

Et puis zou, nous voilà entrain de remplir les réservoirs d’eau, c’était parti.

Au pire, ce serait un faux départ, au mieux nous m’étions les voiles pour de bon!

En sortie du port, nous croisâmes un gros pêcheur, je lui crie : « c’est comment les passes !?? »

Il me fait un signe de la main genre pas terrible.

« Gloups »

Du port d’Arcachon au passes, c’est une petite heure de navigation au moteur.

Tranquillou, je prépare des nouilles chinoises pour nous trois, chicken pour les messieurs et veggie pour moi, rapide et efficace 😜

Les bols terminés, nous passions la pointe du Cap Ferret et déjà la houle se formait.

Rien à voir avec l’eau du Bassin, ici c’était une eau épaisse, mousseuse, profonde… Je voyais que ça déferlait pas mal sur tribord et là, tellement d’eau autour qu’elle en est sortie par mes yeux 😬

On a serré les fesses, les mâchoires tout le long (30 minutes pour passer les cinq portes).

😮‍💨 Plus rien n’existait, juste se sortir de ce goulot. Des creux jusqu’à 2m50, déferlement mais pas au moment où nous avons passé la dernière porte ! Merci la vie, la rouge et la verte derrière nous, un sourire se dessinait sur nos visages un peu moins crispés.

Il était maintenant 15h, cap vers les Canaries !

Eymeric racontait que le golf de Gascogne était un peu dégueulasse pour naviguer, de la houle, des hauts fonds, des vagues qui viennent de tous les sens …

Autant vous dire que je ne suis pas prête de remanger des nouilles 🍜 chinoises.

Certains choisissent une detox à la 🍎 à cette époque … pour moi s’était houle et vent 🤢

OMG, 6h difficiles, puis d’autres interminables.

Au bout de 40 heures de nav, reste le mal au cœur et je peux enfin m’assoir et me mettre debout !

😃

Eymeric et Enzo vont bien, le capitaine est en plein kiff, dans son élément 🔥

Il assure, fait des micros siestes, règle les voiles, fière de sa monture qui a tapé jusqu’à 9,5 noeuds !!

Arawak m’a soufflait qu’il était heureux, de fendre l’eau et les vagues 🌊

Enzo a réussit à faire ses cours malgré la houle 🤘

Avec le retard du départ (initialement prévu Mi-septembre) on va sûrement zapper le Sénégal.

Nous ferons escale aux Canaries puis le Cap Vert sans s’arrêter au Sénégal.

Je vous redis d’ici là ! 🐙


En attendant nous sommes en Corogne, à la pointe nord-ouest espagnole, arrivés hier à 16h.

Le capitaine a jugé raisonnable de faire escale ici afin de s’y reposer et de reprendre le cap vers les Canaries ce jeudi après-midi. Ici le port de plaisance est très bien agencé en containers pour le tri des déchets, idem en ville.


Voici en image, une vue du capo del Hortegal

De la vie à bord (préparation du petit déj 😜)

Du cadran de nav, parce que c’est ouf de voir une telle profondeur !

Et de la ville de Corogne